L’AUTORITÉ MARITIME DU PANAMA ADOPTE LES MESURES DE L’OMS FACE AUX CAS D’EBOLA

 

Panama, le 19 août 2014.

« La Marine Marchande panaméenne se conforme à toutes les recommandations formulées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme mesure de précaution face à la menace d’une épidémie du virus Ebola, qui affecte plusieurs pays de l’Afrique Occidentale. Ces mesures comprennent le renforcement des contrôles établis dans les navires de pavillon panaméen »  – a  dit le Directeur Général de la Marine Marchande de l’Autorité Maritime du Panama (AMP), M. Fernando Solórzano Acosta.

Nous respectons pleinement toutes les mesures proposées par l’OMS, en termes d’accostage et de départ des navires, mais aussi en termes de la mobilité des marins ou de ceux qui voyagent à bord ; le but de ces mesures, c’est d’éviter toute possible contagion. Ce sont des mesures préventives face à cette urgence à portée internationale, dans le domaine de la santé publique. Le Panama adopte également cette initiative mondiale, en dépit d’être un pays non touché ou à proximité de ces cas.

M. Gerardo Varela, Chef du Directorat de Ports et d’Industries Maritimes Auxiliaires a souligné qu’à tous les ports, aux chefs des capitaineries et aux officiers d’embarquement de l’Autorité Maritime du Panama, son Directorat a envoyé toute l’information fournie par le ministère de la Santé (MS) à l’égard des mesures à prendre pour prévenir cette maladie. Cette information comprend aussi la description des symptômes qui manifestent la maladie.

Cette même information a été transmise aux Directeurs Généraux et aux Gérants Opérationnels de tous les terminaux en concession qui reçoivent des navires en cours de navigation internationale, de sorte qu’ils soient au courant de la situation et aient l’information complète sur les mesures que le Ministère de la Santé a signalées. De même, on a demandé leur coopération, afin que ces entrées par voie maritime puissent être préparées, particulièrement si l’on identifie des cas parmi les membres des équipages qui arrivent.

On a contacté les liens entre l’Institution et les Unités d’Hygiène Maritime dans les zones portuaires de l’Atlantique et du Pacifique (ils font partie du comité d’embarquement, en représentation du Ministère de la Santé). Ceux-ci ont reçu des mots de passe pour accéder au Système de la Charte d’Accostage. Les agences maritimes qui représentent les navires actualisent ce système 48 heures avant l’arrivée d’un navire, avec de l’information diversifiée.

Ce système montre également les dix derniers ports depuis lesquels le navire a navigué, ce qui peut montrer aux Autorités si les navires qui vont arriver ont été dans des pays où des cas de la fièvre d’Ebola ont été reportés.

Des nouveaux mots de passe se génèrent actuellement pour les membres de l’Unité d’Hygiène Maritime dans les ports de Vacamonte, Chiriqui Grande, Charco Azul et Almirante.

Le virus de l’Ebola produit une maladie hémorragique fébrile dont les taux de mortalité vont de 50% à 90% ; à ce jour il n’existe aucun vaccin ou traitement spécifique, c’est pourquoi il est essentiel de prendre des mesures pour prévenir et contrôler des possibles cas.

La fièvre de l’Ebola est transmise de personne à personne, par contact direct (par les muqueuses) avec des organes, du sang, des sécrétions ou des fluides corporels des personnes infectées ; ou par contact indirect avec des matériaux contaminés par de tels fluides. La transmission par voie aérienne, comme c’est le cas avec d’autres types de souches, n’a pas été démontrée.