LE PANAMA REQUIERT UNE COORDINATION ET UNE PREPARATION ADAPTEE EN CAS D’UN TSUNAMI

 

PANAMA, le 24 juillet 2014.

« Le Panama requiert une coordination et une préparation adaptée en cas d’un tsunami » – a remarqué le Chef de l’Unité Environnemental de l’Autorité Maritime du Panama (AMP), M. Arnulfo Sánchez, qui est, à son tour, le vice-président de la Commission Océanographique Intergouvernemental (COI) de l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO par ses initiales en anglais). 

Ses déclarations ont été données dans le cadre d’une visite protocolaire réalisée à M. Mario Chan, sous-directeur du Système National de Protection Civile (SINAPROC).

Nous avons besoin de réaliser une coordination adaptée avec les différents organismes impliqués qui seraient convoqués dans l’occurrence d’un tsunami dans le pays, pour ainsi pouvoir appliquer des mesures préventives efficaces ; en outre, nous avons besoin d’établir un guide de procédés coordonnés qui permette la dissémination des alertes, réaliser une gestion adéquate des crises, en assurant une réponse rapide et efficace de la part des autorités. 

Évaluer le risque d’un tsunami implique aussi considérer le degré de vulnérabilité des communautés côtières, il faut d’abord identifier la probabilité qu’un tsunami survienne, étant basés sur les causes possibles connues et sur une révision des données historiques. D’autre part, pour calculer la vulnérabilité, il faut identifier les conditions physiques, sociales, économiques et environnementales préexistantes qui déterminent la susceptibilité d’une zone à souffrir des dommages ou des pertes. Cette information est essentielle pour définir les stratégies de gestion face à éventuelles catastrophes.

De sa part, M Mario Chan, sous-directeur du SINAPROC, a ajouté que cette institution donnera son appui aux différentes réunions qui seront réalisées en vue d’évaluer les risques en cas de se présenter un événement de cette nature. 

M. Sánchez a conclu en disant : « Les réunions préalables, auxquelles nous avons eu part,  ont été très profitables, on a conversé avec M le Colonel Pablo Tuñón, directeur général des méritoires Brigades des Sapeurs-Pompiers de la République, avec M. Steven Paton et M. Sergio Dos Santos, des exécutifs du Programme de Surveillance Physique de l’Institut Smithsonian d’Investigations Tropicales (STRI par ses initiales en anglais), avec l’Autorité Maritime du Panama; avec l’Unité d’Hydrométéorologie de l’Entreprise de Transmission Electrique  (ETESA par ses initiales en espagnol – de la part de l´Etat) ; nous sommes sûrs que l’administration présente, prendra la prévention de risques, en ce qui concerne le sujet des tsunamis, comme un thème d’État, puisque tout cela est pour le bien du pays. »  

La nouvelle administration de l’AMP, dirigée par le Lic. Jorge Barakat, donnera une attention spéciale à ce sujet, l’Autorité Maritime du Panama étant l’organisme recteur de l’activité maritime nationale.