SURVEILLANCE  DANS LES PORTS NATIONAUX EST RENFORCEE A CAUSE D’ALERTE SANITAIRE

 

À l’appui des mesures de contrôle décrétées par le ministère de la Santé (MINSA), par mesure de précaution contre une épidémie de virus Ebola qui touche plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest, l’Autorité Maritime du Panama (AMP) a renforcé la surveillance des ports nationaux et a élargi son rayon d’action pour surveiller les navires qui approchent les eaux panaméennes, après avoir visité des ports dans d’autres pays.

Compte tenu de cette urgence de santé publique à portée internationale, le Panama, en tant que pays non touché, ni à proximité de ces cas et suivant les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Organisation Panaméricaine de la Santé a averti tous les entités liées aux voyageurs et aux immigrants, les points d’entrée, d’augmenter leurs contrôles.

L’AMP considère comme une priorité d’unir forces pour que des actions communes et coordonnées soient prises avec les institutions qui sont liées à l’abordage des navires dans les différents ports du pays, pour un déploiement et une mise en œuvre correcte des protocoles de sécurité demandés et validés par le Ministère de la Santé.

À travers l’avis d’arrive, l’Autorité Maritime du Panama a déjà procédé à un examen de tous les navires qui arrivent dans nos ports ; cet outil est alimenté par des agents de navires. En outre une lettre-circulaire a été envoyée aux agences maritimes, dont l’importance de l’exactitude des informations introduites dans le système est réitérée.

En outre, nous comptons avec l’aide du système appelé PurpleTRAC, qui permet le suivi et l’affichage de tous les navires proches des eaux territoriales, il permet aussi de détecter des navires qui ont accosté  précédemment dans d’autres ports.

Tous les fonctionnaires du Bureau d’Abordage et les Administrateurs de Ports à l’échelle nationale ont déjà été formés par les médecins du MS. Ceux-ci, à leur tour, ont demandé de l’aide pour qu’ils deviennent des multiplicateurs de l’information et fassent connaître les informations reçues dans les séminaires.

Nous insistons sur le fait que le ministère de la Santé a mis en œuvre une série de mesures. Cette semaine, l’entité a annoncé une restriction sur l’entrée dans le pays pour les passagers en provenance du Libéria, de la Sierra Leone et de la Guinée Conakry, et pour ceux pour qui peut être établi que dans leur itinéraire de voyage ont visité les pays ci-dessus nommés au cours des 21 derniers jours. En outre, les épidémiologistes du MS ont organisé des ateliers de formations du personnel  de divers organismes et hôpitaux pour expliquer la manière dont on doit aborder un patient suspecté du virus.

Le ministère de la Santé est en mesure d’annoncer que la salle d’isolement de l’hôpital de la région appelée 24 Décembre, dans le secteur Est du Panama est déjà activé à toute éventualité. Cette chambre a été activée au coût de un million de dollars américains.

Le 14 Octobre, le Cabinet des Ministres a approuvé que le pays soit déclaré en « état d’alerte de santé » comme une mesure préventive contre le virus Ebola. Le ministre de la Santé, le Dr Francisco Javier Terrientes a indiqué que le Cabinet  des ministres a également approuvé un budget de 10 millions de dollars  américains pour la prévention précoce du virus Ebola.

Étaient présents à la conférence, le directeur adjoint des Ports de l’Autorité Maritime du Panama, M Jose Aranda, le chef des opérations portuaires, Mme Flor Pitty, par le Ministère de la Santé, M Rafael Perez, M Aurelio Rangel, Israël Cedeño et par le SENAM, M Ramon López et M Guillermo Barantes.